Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 10:14
Vendredi 5 juin.

Après le métro : le train ! Woué on est des fous on s'aventure toujours plus loin sur des terres inconnues... de vrais trappeurs du XXIe siècle, le sac-à-touriste sur le dos, la sandale légère ! C'est décidé, aujourd'hui, on va à Bélem. On descend les jolies rues pavées beiges pour rejoindre la gare de Cais do Sodre, qui deviendra vite notre point de repère préféré, notre seconde maison en quelque sorte... (Avant de grimper dans l'engin, on fait un petit détour par le marché couvert, rempli de fleurs et de poissons - pas un chat dans les larges allées, ça nous semble étrange (un marché silencieux, ça fait carton-pâte, non ?) - je remplis un sac d'abricots (parce que je n'ai jamais pu résister aux abricots : la seule vision d'abricots me jette dans un état proche de la transe) : um e meio (je kiffe ces trois mots et les répèterai en boucle toute la journée :)  )).

Hop, à Belem, on commence par investir le musée de la Marine, qui occupe une aile de l'imposant mosteiro dos Jeronimos (je fais une super blague au monsieur des tickets - on lui dit bonjour-deux-tickets-siouplaît dans notre impeccable portugais, il nous répond en portugais et nous glisse deux guides de visite en français  alors je lui dis "How did you know we were French ?? " en articulant théâtreux et en roulant des yeux - j'me suis beaucoup faite rire - et j'me suis dit : hop dis donc j'me lâche moi d'habitude même pas je parle aux gens que je connais pas alors faire des blagues là...).

Des bateaux dans des peintures, des bateaux dans des maquettes, des bateaux dans des vrais, des casquettes de bateaux, des cabines de bateaux, des bateaux dans des filets de pêche, des bateaux sur l'eau... et de l'eau aussi sur nos tête, quand on est sortis de là, tanguant : pluie drue et crachin marin. On casse-croûte entre les gouttes et aussi dessous les gouttes ; notre vache qui rit prend l'eau. Quelques gangs à casquettes batifolent près de là (casquettes jaunes, casquettes rouges, casquettes bleues).

Détrempés comme un matin de mars, on va s'en remettre à dieu et on entre dans l'Eglise de Sao Jeronimos. On y tourne maintes fois, le cou tordu pour zieuter les plafonds - les jolis cordages de pierres entrepêtrés. Yapa à dire, ça claque l'oeil.



Et hop, glissant nos sandales sur le sol tout mouillé, le crâne fuyant les gouttes d'eau douce, on met le cap sur le Centre Culturel de Belem - avec la gare de Cais do Sodre, l'un de nos endroits préférés à Lisbonne. Une grosse maison blanc cassé pleine d'espaces lumineux où l'on se sent préservé comme un poux dans une boîte de nacre. A l'abri. Près de l'Art et contre, tout contre la culture. Sans jamais grand monde. Entrée perpétuellement gratuite. Dès qu'on a pigé par où y rentrer on se dit qu'on pourra y venir toujours, tout le temps, être ici chez soi en somme.







On se promène au calme le long de deux expos - les photos espagnoles de Cristobal Hara, les oeuvres de Pancho Guedes (ses travaux d'architecture bof bof bof, en revanche ses tableaux trop chouettes - puissants, drôles parfois - et parfois non).



Des centaines de paires de jambes s'agglutinent devant la meilleure pâtisserie de Lisbonne - on se dit qu'ils sont zinzins (zinzin ça me rappelle mon enfance :p) et on entre dans celle désertée du trottoir d'en face ; on commande dos pasteis de nata qu'on grignote en se marrant avant de remonter dans le train.


(On se balade le soir venu et je dîne d'une assiette géante d'oignons et ails / aulx agrémentés de morue - expérience intéressante mais dont mon palais n'a pu venir à bout entièrement - il a pris feu avant :p) - il fait nuit quand on rentre se coucher.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires