Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 12:02
Voilà bien longtemps que je n'ai pas écrit ici.
J'aurais pu vous raconter... tellement de choses futiles.

Vous parler de la passion dévorante pour les mangas qui m'a sauté dessus sans prévenir depuis quelques semaines.
'fin, j'écris "les mangas", mais la vérité, c'est qu'il n'y en a qu'un, auquel j'adhère comme une pâte de coin, que je traîne partout avec moi comme un doudou - qui me porte et me supporte... Je redécouvre avec bonheur le pouvoir transportant de ces petits machins de culture - des petits carrés portatifs qui portent un monde à l'intérieur comme dans une poche kangourou, que tu gardes comme un secret, un monde caché qui n'est que pour toi et dont les autres ne se doutent pas (comment sauraient-ils que tu as l'univers planqué entre tes cinq doigts crispés dans le métro ?)
C'est mon monde ; et à mon grand bonheur il n'en finit pas de se dérouler, de tome en tome en tome... 24 petits carrés pour me réchauffer en cachette.

Je pourrais vous raconter que ce manga est très stigmatisant à lire dans des lieux publics - avec sa couverture rose bonbon, les yeux de ses personnages qui clignotent en étoiles, tout cet enrobage kitchissime - mais que je m'en porte très bien : ) - et les connaisseurs de ma bib de soulever les sourcils d'un air suspicieux : "tu lis Fruits Basket !!!?!!!"

Bé oui. Alors moi en général je réponds : "oui je sais je suis en pleine phase régressive !!!"
N'empêche, j'vais vous dire : j'ai essayé de lire certains mangas censément pour adultes (à supposer que mon mien soit pour enfants et ados prépubères), ils me sont tombés des mains. (Bien sûr, j'en essaierai d'autres, plein d'autres, je suis prise d'une boulimie de découvertes de mangas (çui-là, et çui-là, çui-là aussi) - mes yeux à la place des grosses dents. Juste pour dire que Fruits Basket, ben, c'est pas nul. Na. Puisque je l'ai préféré à Monster le censément-meilleur-trop-bien-qui-palpite.)
Parfois, ces machins de la culture populairetrèspopulaire, ça me fiche une de ces boules de chaleur dans le ventre.
(C'est de mes tripes qu'on parle, alors pouvez bien aller au diable avec vos hiérarchies à trois balles. Brrr...)

Tellement fiché dans le petit creux de ma tête, là, en haut à gauche, qu'hier, en montant l'escalier qui mène chez mon père, la petite inquiétude au ventre, je me suis dit : "Pense à ce que ferait Tohru dans cette situation". Ca a marché hein : je me suis sentie d'un coup lestée d'un vrai courage, et moins seule.

Ce n'est pas du tout ce que je voulais écrire ici.
(J'avais commencé par "je pourrais" pour basculer sur le "mais en fait non" - seulement... mais en fait si.)

Hier soir, j'ai passé la soirée casée dans un grand canapé crème entre deux femmes sublimement jolies. Ca me faisait tout drôle. Mon regard volait hop, de l'une à l'autre ; yeux de papillons à yeux de papillons. Moi, j'étais la fille-sympa-qui-souriait, alors, quelque part, je me sentais un peu comme Tohru.

Ce n'est pas non plus ce que je voulais raconter ici.
Ahlala, quelle poisse.
Je le raconterai la prochaine fois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ox - dans Oxyculture
commenter cet article

commentaires