750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 22:15
Je m'égosillais ici sur ce livre acheté dans ma bib grâce (entre autre ;p) à mes force cris et piaillements (QUOI ! mais COMMENT ! mais BIEN SUR qu'il faut acheter ce livre !) ; je ne me souvenais plus exactement de son contenu, sinon qu'il m'avait plu, et qu'il avait déclenché nombre de critiques de la part de mes collègues, sur le mode : "c'est caricatural et cliché".

On vient enfin de le recevoir, tout beau, tout rose, avec un dragon noir ; hop je l'ai mis sur ma carte et dans mon manteau pour le ramener dedans ma grotte et l'ausculter.

C'est l'enfant qui parle.
Une petite louloute habillée de noir (avec des jolies chaussettes multicolores, notez) qui déclare "moi, j'aime le noir", et "d'habitude les filles elles aiment le rose" (et d'aligner à côté "les princesses, les tralalas de princesses, les rubans et aussi les poupées").

"Maman dit que je suis un garçon manqué."
Ca, ça me rappelle le livre que ma soeur lisait quand on était petites, et qui vient d'être réédité : Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. A l'époque (je devais avoir 5 ou 6 ans) cette histoire me semblait totalement obscure et à la limite de l'ésotérique :)

"Coudre, ma mère dit que c'est un truc de filles."
"Papa dit que tout ça [les grues] c'est des choses de garçons."
"Même s'il peint des fleurs et des coccinelles sur ses dessins, comme des dessins de filles."
"Mais ça [des perles, un bâton de majorette qui fait de la musique] tout le monde dit que c'est que des choses de filles."

"Alors à la maison, j'ai demandé pourquoi les filles ne peuvent pas aimer les choses de garçons, et les garçons aimer les choses de filles. On m'a répondu c'est comme ça..."

Moi, je ne trouve pas du tout que ce soit caricatural, ou "bourré de clichés".
Qui va nier que la répartition selon le sexe de toutes ces activités/intérêts/façons d'être est bien réelle dans notre société ?
Ca n'existe pas, cette répartition
princesse/perles/rubans                                                    grues/voitures/insectes
fleurs/sensibilité/couture                                                        dinosaures/grimpage d'arbres
                                                      ???

Bon, évidemment, la miss remet en cause la répartition de ces goûts/intérêts entre les deux catégories de sexe, sans remettre en cause la pleine réalité de ces catégories, au contraire en la réaffirmant, pour se rassurer : "je vois bien que c'est un garçon" / "je sais très bien que je suis une fille, moi. Il y a des choses qui ne trompent pas".
Mais bon ! On va pas non plus demander du Monique Wittig adapté aux moins de cinq ans hein !!
(quoique.... XD )        

(Tout de même je mets un petit bémol sur l'énumération de "ces choses qui ne trompent pas" : "une zézette [bon ok], les cheveux longs [bon là déjà....], avec des barrettes et des pierres qui brillent [ouais là franchement bof, ça vaut les perles, les rubans et les "tralalas de princesses" de tout à l'heure hein] On n'est pas obligées !!).

Ce qui me plaît, aussi, c'est que parmi les choses "de garçons", il n'y a pas que le foot et les voitures, mais aussi ces passions de beaucoup de petits garçons (des classes moyennes et sup) : les pierres, les fossiles, les dinosaures, "l'histoire des premiers hommes", "et tous les insectes". L'intérêt pour la science - d'abord légitime et valorisé chez les garçons.

"Parce que moi, je trouve que je suis une fille réussie, même si je n'aime pas le rose.
Ca m'est égal... On n'est pas obligé."

(texte de Nathalie Hense ; illustrations de Ilya Green ; publié chez Albin MIchel Jeunesse).

(Et respect au livre de Christian Bruel et Anne Bozelec publié en 1976, la fameuse histoire de Julie, qui faisait encore beaucoup mieux avec cette phrase que je viens de retrouver sur le Net :

« Moi je crois qu’on peut être fille et garçon, les deux à la fois si on veut.

Tant pis pour les étiquettes ! On a le droit ! »)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires