Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 09:21

Je suis complètement over-stressée, c'est pathologique ; nouée de partout, même la nuit - je fais des rêves bourrés d'angoisse, et je me réveille avant le réveil... J'ai l'impression d'être sous électricité, l'anode et la cathode sous l'bras. C'est physiquement pesant.

Un rêve idiot : je me ballade dehors sur une sorte de place de village, je vais quelque part mais je ne sais plus où - je dois passer un pont (je cherche mon chemin), je crois que je suis avec Paternel. Et là j'entends des gros bruits et je lève les yeux : un mec débile est sur une grue ( ? ), il a mis un minuscule animal (un chihuahua ? un caniche ?...) dans la gueule d'un monstre de chien, le genre assoiffé de sang, chien des Baskerville, le truc effroyable - et (accrochez-vous, faut vraiment être tordu(e) pour imaginer un truc pareil) il balance les deux au-dessus du vide, au dessus de nos têtes, en poussant des hurlements de rires machiavéliques ( ???? ) Je fais genre je vois pas, je fais pas attention, je baisse les yeux (faut pas donner de l'importance à ce type de comportements débiles ; comme avec les enfants : jouer l'indifférence). Mais je suis très mal, très angoissée, c'est une scène super violente.

Au bout d'un moment le gars pose le paquet (le petit chien dans la bouche du gros chien) par terre (lui il reste au sommet de la grue, mais il descend la corde, la courroie, l'élastique - c'est ça le dispositif ressemble assez à celui des sauts à l'élastique) - pour une sorte de pause, de répit. Le petit chien est lâché, à quelques centimètres de la gueule du monstre, pour le dit répit.

Et là, le petit, il a été tellement horriblement traumatisé par la séance, il est tellement mort de peur et d'angoisse, qu'il saute dans une faille devant lui, dans le sol, et disparaît - il s'est suicidé quoi, avec un air d'abrutissement total, un geste automatique, indifférent, épuisé, mort.

Je me suis réveillée et il était 7h07 ; notre réveil est réglé sur 7h30.

J'étais toute dévastée, et j'ai pensé au coup de fil de la mairie.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires