Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 18:17

Bon, faudrait peut-être que je poste plus régulièrement pour que ce blog ressemble à quelque chose - du moins à autre chose qu'à une chaussette à tête de tigre.

Je poste donc. Des bêtises. Tant qu'à.

Les nouvelles :

- passé mon oral dans un grand tremblement mercredi dernier - le suspens reste entier quant à l'issue de la chose ; ce qui est sûr, c'est que c'était pénible, pénible d'une fois encore se déplumer de la sorte devant une galerie de zoeils scrutateurs et dubitatifs -

- encore une maladie, ou deux, ou trois, on sait plus trop ; réveillée à 5 heures du mat dans un état de très haut malaise, vomi à 7, délirante à 9 - sur un des plans, ça va mieux, sur un autre - non : et je rumine l'incompétence présumée de mon médecin (d'abord c'est le pharmacien kiladi, c'est même pas moi - et moi j'en ai ma claque, des maladies) -

- aujourd'hui c'est l'anniversaire de Rayé ; je lui souhaite au téléphone, car il n'est pô là ; je concocte dans ma tête son cadeau d'anniv - j'arrache les idées à la pince à épiler - j'ai la pression -

- hier, nouvelle aventure désopilante bras d'ssus bras d'ssous avec ma machine à laver : une nième catastrophe - l'appartement a péri sous un énorme tsunami. C'est qu'on avait écrit au proprio pour qu'il nous débouche ces putains de saloperies de canalisations - j'avais fait la veilleuse le pied de grue et le pot de fleur en attendant le plombier, qui est venu puis reparti ; j'y croyais, ma foi était sans faille : le résultat était pire que tout - un geyser de flots de flotte brune tout partout dans toute la pièce. Débranché en catastrophe. Epongé puis éclusé (la machine) pendant près d'une heure ; puis il a fallu se débrouiller des fringues détrempées (pesant une tonne) noyées dans une mare grise dans le tambour de la machine. Un poème. Les murs suitent d'humidité. Les algues grimpent.

Bises, les gens.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arbobo 21/10/2007 00:53

ton blog il est beau.il a pas à "ressembler", et de toute façon il me semble "ressembler à" tu t'en fous,alors rassure-toi, il est chouette, il nous parle, droit au ventre, et ça c'est important.merci :-)pour de vrai

Ox 21/10/2007 10:16

Merci à toi M'sieur, t'es trop sympa ;-) des bisous