Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 21:05
Rayé trouve que décidément oui, tout ce qui est étiqueté "filles" / "garçons" participe nécessairement et automatiquement de la dynamique sexiste.

Je lui parle de mon magazine spécial "filles" au contenu militant.
(On tombe d'accord sur le fait que, du coup, il devra être acheté soit par des parents/adultes qui savent ce qu'ils achètent (ie des féministes), soit du fait d'une accroche simplement extérieure, un marquage sexuel (le bandeau "pour les filles / pour nous les filles/le journal de Lucie etc., ou carrément la couverture rose bonbon, allez soyons fous ;p) mais le contenu ne sera absolument pas marqué dans le sens de ce qu'on attendrait - rien, dedans, sur les princesses, les "soyons jolies" et autres travaux de filles. (Il s'agira de tromper sur la marchandise, quoi. Mais pour le bien de la chalante ;p )

On pourrait imaginer... d'y coller des personnages réellement subversifs, des fictions qui bousculeraient les normes de genre et de sexualité ; et aussi des contenus auxquels les petites filles ont peu accès (des sciences, du bidouillage, du sport, etc.) Et puis bien sûr du contenu proprement féministe : de l'histoire, surtout, mais pas que.

La question reste posée de l'intérêt que les fillettes y trouveraient (pour les contenus plus étiquetés "garçons", en particulier : est-ce que l'offre suffirait à créer l'envie... ) ; le risque serait certainement que ces contenus intéressent d'abord (voire uniquement) les petites filles déjà relativement émancipées des normes de genre.
(Est-ce que Puce, aujourd'hui, voudrait d'une histoire où l'héroïne fille, en salopette verte, fait du skate et tue un dragon ? est-ce qu'elle s'intéresserait aux dinosaures et au fonctionnement du tracto-pelle ?...)
Bon, et puis, dit Rayé, reste le problème de la catégorie "filles" comme lectorat : c'est encore sédimenter la "différence des sexes", rigidifier la catégorie "femmes/filles"... C'est le problème sur lequel butte toute politique de discrimination positive (toute lutte de minoritaires).
Comme stratégie ? comme étape ? ça peut le faire ?.... Allez.

(La suite au zépisode.)



Partager cet article

Repost 0

commentaires