Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 19:30
Ces gens qui me mettent en rogne verte et rouge dans ma bibliothèque :

- les gens qui se collent tout près tout scotchés limite sur tes genoux quand tu es avec un(e) autre usager-ère et qu'ils sont censés attendre leur tour derrière. Alors ça je le mets en tout premier parce que ça a le don de m'horripilier. Des fois, ils font exprès de faire du bruit, de soupirer, pour bien montrer qu'ils attendent et ahlala c'est long et... rien de mieux pour me donner l'envie de prendre tout mon temps et parfois bien plus, énumérer lentement toutes les particularités du réseau, les virtualités ouvertes par la possession de la carte, faire des commentaires avec la mamie sur le dernier bouquin qu'elle a lu ou sur la météo... Il arrive même qu'ils interrompent carrément la discussion - ils fichent leur tête d'oie entre la mienne et celle de la personne dont je m'occupe et y vont de leur question - nan mais et pis quoi encore.

- stressant au plus au point, aussi, pour mes petits nerfs délicats de bibliothécaires gracile (hum) : le même phénomène que ci-dessus mais de masse : au prêt, toute la file de la queue qui vient s'agglutiner en amas difforme devant et autour de moi - je suis prise d'un accès d'agora-lectorat-phobie, avec l'envie mordante de les chasser tous avec une tapette à mouche - ou d'aller me planter au milieu du dit amas de l'autre côté de ma banque de prêt avec un grand bâton de gendarme - comme dans Quick et Fluck - et de te les ordonner en file à un bon mètre cinquante de moi : là ! tu attends là ! et chacun son tour !!!

- les gens qui ne disent pas bonjour (grand classique), les diverses portes de prisons en tout genre, ceux qui t'agressent dès qu'ils ouvrent la bouche - mais bon, ça, rien que du banal...

- ceux qui s'essaient à nous (bibliothécaires) monter les uns contre les autres, à cracher sur X auprès de Y (débordant en général de compliments à l'égard de Y) - s'attendant à ce qu'on abonde dans leur sens : "ah vous au moins, vous êtes aimable, parce que votre collègue là-bas ! en plus elle avait pas l'air de s'en sortir hein, elle comprenait rien, elle avait pas l'air bien dégourdie... " etc. Ou bien, quand il y a eu un souci d'enregistrement de transaction, ils tiennent absolument à nous décrire la personne à qui ils ont eu affaire - soit qu'ils s'imaginent que cette personne va s'en souvenir (comme si on mémorisait les centaines de machins qu'on bippe toutes les semaines), soit, plus vraisemblablement, qu'ils s'attendent à ce qu'on aille la lyncher. (L'amusant, dans ces cas-là, c'est qu'ils décrivent toujours en terme de couleur de peau. "Une petite black." "Un jeune homme heu, certainement d'origine heu...")

- ceux qui essaient la même question à une demie-douzaine d'entre nous. Exemple cet après-midi : "- bonjour, j'ai oublié ma carte, je voulais savoir si je pouvais.. - ah non ce n'est pas possible d'emprunter sans la carte madame, désolée. - d'accord, tant pis." Et quelques mètres et secondes plus loin : "bonjour j'ai oublié... "Et elle va comme ça tester tout le monde, pour voir. Certains, quand ils se rendent compte qu'en fait on est juste à côté et qu'on a entendu, ils se sentent cons. (Un jour comme ça un gars m'avait demandé si on avait je-sais-plus-quoi ; je lui avais répondu par la négative. Quelques minutes plus tard Newcollègue vient me chercher, m'expliquant qu'un lecteur lui pose une question à laquelle elle ne sait pas répondre. J'arrive, et tombe sur le même gars avec la même question. Je crois qu'il s'est senti con.) Mais d'autres pas du tout, ça les gêne pas le moins du monde.

- ceux qui viennent te demander s'ils peuvent faire xvvh, tu leur dis non, et deux minutes plus tard tu tombes sur eux en train de faire xwh (c'est que du vécu hein, j'vous jure, et du vécu fréquent par dessus le marché !)

- les nombreux qui te tiennent toi, petit être individuel, maillon inoffensif, rouage d'équipage, pour personnellement responsable de tout ce qui peut advenir dans cet établissement : les fuites dans les WC, c'est toi, les pannes informatiques, c'est toi, le catalogue qui n'a pas trouvé le livre, c'est toi, le disque mal rangé, c'est toi, le DVD qu'il n'a pas réussi à lire, c'est toi, les tarifs trop élevés, c'est toi, les.... Et parfois, quand, excédée, tu leur fais remarquer que merde, c'est pas ta faute à toi, ils le reconnaissent en général, et s'assoient sur leur "mais", qui pour eux coule de source : mais ils ont besoin de se défouler ! Et puis ils sont énervés, parce qu'ils ont fait trois quarts d'heure de transport et le..... et c'est pas la première fois que ça arrive et... etc.

Je pourrais continuer.....
               et je continuerai plus tard, d'ailleurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ox - dans Dur boulot
commenter cet article

commentaires

mebahel 05/06/2009 10:30

HEu, c'est quoi "faire xvvh"?