Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Capuche

  • : le bonhomme capuche
  • : Epicerie à bricoles. Collages en stock, phrases à tiroirs, anecdotes nocturnes et papillons.
  • Contact

 

blablabla, blablabla, bla,

 Marseille, blabla, Rouen blablablabla Paris.

Lyon blablablabla.


et des blablas rouges aussi

(des fois).

 

une tasse de thé ?

Bienvenue sur mon blog !




 

Dans Le Fond De Ma Capuche

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 22:22

-

J’ai rêvé de toi cette nuit. J’en ai un souvenir confus.

Dans la première partie de mon rêve, j’étais terriblement heureuse ; une sorte de microondes à l’intérieur du ventre, je me sentais toute réchauffée (c’est bizarre comme on dit « chaud au cœur », mais là, je le vivais pour de vrai, et c’était du bonheur). Tu étais assis à ma table, il y avait d’autres gens aussi, Rayé, Massélie, et peut-être d’autres.

Et puis dans la seconde partie je me retrouvais seule à cette même table, avec toi et, je ne sais pas pourquoi, ma copine Avril ; elle te disait quelque chose, sous forme de blague – faisant allusion au passé/passif… et tout me retombait sur la tête d’un coup, je me sentais triste, agressive, pleine de rancune, et paumée.

A la fin de mon rêve comme une sorte de générique juste cette idée impérieuse : il faut que je dise à Isée et à Garance que j’ai retrouvé David.

Je me suis réveillée et c’était encore la nuit ; peut-être que comme dans les cauchemars l’émotion était trop forte et m’a faite sortir du rêve.

J’ai mis de longues secondes à comprendre, à savoir ce qui était vrai et faux, le rêve et la réalité ; si je t’avais retrouvé, ou si je t’avais toujours perdu. Parfois le rêve enfonce ses sillons profonds et au réveil on retrouve de grandes marques dans la tête.

Tout au long de cette journée, j’y repense ; c’est lancinant, comme une migraine.

La tristesse, la douleur d’une épine enfoncée on ne sait trop où.

 

Sais-tu la peine que tu nous as faite ?


Partager cet article

Repost 0

commentaires